Press release / Oct. 8, 2018

Communiqué de Global Witness pour le séminaire 2018 du London Metal Exchange sur l’approvisionnement responsable

Global Witness se réjouit que le London Metal Exchange (Marché des métaux de Londres, ou LME) reconnaisse le besoin d’un approvisionnement responsable, mais l’ONG met en garde contre le fait que les propositions énoncées dans le document de synthèse du LME d’octobre 2018 seront sans effet dans leur forme actuelle.

La responsable de campagne de Global Witness, Sophia Pickles, a déclaré :

« Utilisé par certains des plus grands producteurs et négociants de métaux au monde, en tant que plateforme de cotation des marques de métaux provenant de plus de 60 pays à travers le globe, le LME a le pouvoir de changer le comportement des entreprises en matière de commerce responsable des métaux – et il est grand temps ! »

« Le LME affirme qu’il cherche à être en conformité avec le Guide internationalement reconnu de l’OCDE, mais les mesures énoncées dans cette proposition ne répondent pas à ces normes à de multiples égards. Pour se conformer aux recommandations de l’OCDE et fournir des garanties suffisantes au marché, il est primordial que toutes les entreprises, quel que soit le métal qu’elles achètent et le lieu où elles s’approvisionnent, doivent rendre compte publiquement des efforts qu’elles fournissent en matière de devoir de diligence appliqué à leurs chaînes d’approvisionnement. Dans son état actuel, la proposition du LME n’exige pas clairement que tous les producteurs de ses marques cotées le fassent systématiquement et publiquement. »

« Exiger simplement que les firmes adhèrent à un programme de l’industrie ou fassent l’objet d’un audit est insuffisant. Une étude de l’OCDE publiée en avril 2018 et appuyée par Global Witness a révélé d’importantes lacunes dans les pratiques d’audit, précisant que même lorsque les programmes de l’industrie s’alignent sur l’OCDE, il n’existe aucune garantie que les firmes membres effectuent des contrôles appropriés dans leurs chaînes d’approvisionnement. Les programmes et audits de l’industrie ne remplacent en aucun cas les rapports destinés au public : une entreprise doit savoir si son approvisionnement en minerais est équitable et ne cause pas préjudice, et elle doit apporter la preuve des efforts individuels qu’elle déploie en ce sens. »

« Telle qu’elle est formulée actuellement, la proposition du LME d’exercer un devoir de diligence complémentaire sur les marques de cobalt à prix réduits risque d’entraîner de graves conséquences imprévues et devrait être repensée. Il s’agit d’un mécanisme inefficace qui risque de pénaliser les fournisseurs artisanaux et de négliger les graves signaux d’alerte dans les chaînes d’approvisionnement en métaux à prix non réduits. Le devoir de diligence devrait être renforcé par suite d’un contrôle fondé sur des preuves, au lieu de reposer uniquement sur le facteur ‘prix’. »

Global Witness publiera un commentaire circonstancié sur le document de synthèse du LME.

/ ENDS

Contacts

Sophia Pickles, Supply Chain Expert

[email protected]

+44 (0) 7703 108 449

Recent press releases