Press Release / 10 Février 2014

Réponse de Global Witness aux allégations relatives à son rapport sur un accord pétrolier congolais

Read in English

Un rapport publié le mois dernier par Global Witness au sujet d’un accord pétrolier controversé conclu en République démocratique du Congo (RDC) a suscité une large couverture médiatique et attiré l’attention sur la manière dont la richesse pétrolière du pays est actuellement gérée.

Reuters, Bloomberg et The Independent, entre autres, ont assuré une couverture équilibrée du rapport. En revanche, quelques publications ont émis des allégations selon lesquelles Global Witness serait financée par des « multinationales » et impliquée dans un complot contre la RDC.

Global Witness rejette catégoriquement ces accusations. Nous ne sommes pas financés par des multinationales, comme le montre une simple consultation de notre site Internet, sur lequel tous nos bailleurs de fonds sont déclarés (voir page 11 de notre état financier 2011-12). Une grande partie de notre travail en RDC ont mis en évidence les exactions de multinationales étrangères qui, dans bien des cas, sont immatriculées à Londres; on peut d’ailleurs en dire autant du travail que nous menons à travers le monde.

Le rapport de Global Witness sur un accord pétrolier conclu par Nessergy, société immatriculée à Gibraltar, étai rigoureux et les faits avancés entièrement référencés. Des questions détaillées ont été adressées à toutes les parties concernées avant la publication et leurs réponses ont été reflétées pleinement dans le rapport final. Notons que les publications qui portent des accusations contre Global Witness n’ont pas fait preuve de la même courtoisie à notre égard.

Cela fait près de vingt ans que Global Witness fait campagne et publie des rapports sur les conflits, la corruption et les abus environnementaux liés au commerce des ressources naturelles. Nos campagnes ont entraîné la mise en œuvre d’initiatives majeures, dont le Processus de Kimberley et l’Initiative pour la transparence des industries extractives dont la RDC est membre et grâce à laquelle des informations fondamentales sur la richesse minérale congolaise sont enfin en train d’être placées dans le domaine public du pays.

Nous accueillons avec satisfaction tout débat sur les questions qu’a soulevées notre rapport. Si Nessergy a maintenant effectivement communiqué aux journalistes un complément d’information sur l’accord, certains points clés ont encore besoin d’être mis au clair et le contrat n’a toujours pas été publié, ce qui est contraire à un décret congolais de 2011 régissant la transparence.

Pour lire notre rapport sur l’accord pétrolier de Nessergy («  La RD Congo refuse de publier un accord pétrolier déficitaire conclu avec une société offshore »), y compris les commentaires de représentants des sociétés concernées, veuillez cliquer ici pour la version anglaise et française.

Contactez:

Nathaniel Dyer : [email protected]; +44 (0)20 7492 5855 et +44 (0)77 11 006 799

Daniel Balint-Kurti : [email protected], +44 207 492 5872 et +44 7912 517 146

Exclusion de responsabilité : la version française est une traduction du document original en anglais. Cette traduction ne peut être utilisée qu’à titre de référence. En cas de divergence entre la version française et la version originale anglaise, la version anglaise fait foi. Global Witness décline toute responsabilité en cas de dommage ou préjudice causé par des erreurs, des imprécisions ou des incompréhensions de traduction.