Blog / 6 Aug 2019

Comment l'argent détourné des fonds publics du Congo m'a conduit au cœur de l'Europe

Les failles du cadre juridique européen en matière de lutte contre le blanchiment d'argent permet à des dirigeants kleptocrates et à leurs familles de piller leur propre pays.

Lorsque je parle de mon travail sur la République du Congo, un pays d'Afrique centrale riche en pétrole, les gens l'associent presque immédiatement à la corruption, un des problèmes majeurs de ce pays. Toutefois, très peu connaissent le rôle crucial joué par les pays européens, en facilitant la mise en œuvre de la corruption.

Denis Christel and Jose Veiga in 2015

José Veiga (à droite), un homme d'affaires portugais qui est la cible d'une enquête portugaise sur des affaires de corruption au Congo. Il a agi en qualité de représentant pour Denis Christel Sassou-Nguesso (à gauche).

Ces derniers mois, j'ai publié des enquêtes révélant comment Denis Christel Sassou-Nguesso et Claudia Sassou-Nguesso, fils et fille du président congolais et élus membres du parlement congolais, auraient détourné plus de 70 millions de dollars des coffres de l'État pour leur bénéfice personnel.

Pour réaliser ces enquêtes, j'ai suivi l'argent, en parcourant de nombreux relevés bancaires, documents d'entreprise et contrats confidentiels, et en échangeant avec des sources de nombreux pays différents.

Mes investigations m'ont mené au cœur de l'Europe, avec sept pays européens différents impliqués dans un système qui porte toutes les caractéristiques du blanchiment d'argent.

Ce n'est pas évident de cacher 70 millions de dollars en liquide. Afin de dissimuler l'argent volé des fonds publics et de pouvoir le dépenser librement, les enfants du Président ont donc mis en place un réseau complexe à travers l'Europe. Voici ce qu'ils ont fait :

  • Ils ont choisi un homme d'affaires portugais pour agir en qualité de représentant (un "frontman") ;
  • Ils ont transféré 70 millions de dollars des fonds publics congolais par l'intermédiaire d'un réseau d'au moins 10 sociétés fictives établies à Chypre, en Estonie et en Espagne ;
  • Ils ont dépensé l'argent en Pologne, au Portugal, en Espagne, en Suisse et au Royaume-Uni, selon un rapport de police.

Tous ces pays ont joué un rôle clé dans ce projet, permettant très probablement aux Sassou-Nguessos de dépenser cet argent volé en Europe.

Les opérations comme celles mises en place par les Sassou-Nguessos sont conçues pour rendre difficile le traçage et la localisation de l'argent détourné. Il est donc complexe de déterminer les achats effectués par les enfants du Président à travers l'Europe.
Cyprus building

La société fictive cachée à Chypre de Denis Christel Sassou-Nguesso, qui a reçu des dizaines de millions de dollars, est enregistrée à cette adresse à Nicosie, Chypre

© Global Witness

Mais les Sassou-Nguessos sont connus pour avoir dépensé d'énormes sommes en biens et propriétés de luxe, et avoir un mode de vie ne correspondant pas au salaire d'un fonctionnaire au Congo.

En avril, mon enquête a révélé comment Claudia Sassou-Nguesso a utilisé une partie des fonds publics qu'elle aurait détournés pour acheter un appartement de luxe au Trump International Hotel & Tower à New York.

En 2007, Global Witness a découvert comment Denis Christel Sassou-Nguesso aurait dépensé des centaines de milliers de dollars de fonds publics en shopping de luxe en France et en Espagne.

Les enquêteurs français qui se sont penchés sur les biens de la famille présidentielle congolaise ont constaté qu'ils avaient dépensé au moins 67,6 millions de dollars en biens et propriétés de luxe en France.

Compte tenu de ces antécédents, il est probable que Claudia et Denis Christel Sassou-Nguesso aient détourné de l'argent des fonds publics congolais, et qu'ils l'aient dépensé en Europe pour financer leur mode de vie luxueux.

Pendant ce temps, un tiers de la population congolaise vit en dessous du seuil de pauvreté et certains passent des mois sans salaire, sans aides et sans médicaments vitaux.

Les flux de capitaux entre les dix sociétés fictives appartenant aux frères Sassou-Nguesso en Europe auraient dû alerter les autorités. En fermant les yeux et en ne posant aucune question lorsque de l'argent suspect circule, l'Europe est également en partie responsable des dizaines de millions de dollars volés aux citoyens congolais.

Dans le cas des sociétés chypriotes secrètement détenues par les enfants du Président, un transfert de propriété du frontman portugais aux Sassou-Nguessos a été estampillé et officialisé par un notaire de la capitale du Congo, Brazzaville. Aucune indication du transfert n'a été faite à Chypre, pays d'immatriculation. La véritable identification du propriétaire de la société à Chypre s'avère donc impossible.

Pour remédier à cette situation, les pays européens devraient mettre en application les exigences nécessaires pour que toutes les sociétés créées en Europe divulguent publiquement qui les détient et les contrôle réellement. Les États membres de l'UE sont tenus de mettre en place des registres publics de propriété des entreprises d'ici janvier 2020.

Mais davantage de mesures coercitives sont absolument nécessaires, ainsi que de nouvelles réglementations européennes pour combler les manques existants. Sinon, les politiciens corrompus comme les Sassou-Nguessos pourront continuer à dissimuler et à déguiser leurs contrôles des sociétés fictives, afin de placer l'argent détourné à l'étranger.

You might also like